Flashs Infos du RADE
LA SEXUALITE DU 3ème ÂGE, ou… le cul chez les vioques

LA SEXUALITE DU 3ème ÂGE, ou… le cul chez les vioques

On a tous des pudeurs de jeunes vierges dès qu’on voit des histoires de sexe entre Pépé et Mémé ; de quel droit ?

Pourquoi les vioques, cette catégorie de citoyens oubliés, dont je m’approche dangereusement, ne pourraient-ils plus jeter leur gourme au soir de leur vie ?
Déjà Mémé : il faut du courage physique, et une sacrée dose d’imagination, pour supporter Pépé, le temps interrrrrrrrrminable qu’il arrive à ébullition ; passé 60 ans, la cocotte-minute fait place au fait-tout sans couvercle ; ça mijote, mais ça refuse de bouillir .

Mémé doit prendre son mâle en patience, fermer les yeux et imaginer un fier Apollon musclé, bronzé, et cultivé, s’il vous plait : eh oui ! quitte à se faire trousser comme un vulgaire chapon, autant imaginer l’être par un gars supérieur, un top modèle doté d’ un cerveau aussi rempli que ses bourses.

Vous le savez, messieurs, chez nos compagnes, ces bouffeuses de vie tranquille, l’intellect est un facteur déclencheur d’orgasme, autant que le physique.

Enfin, pas chez toutes ; tu trouves de la dinde de base dans certaines émissions TV, pour qui toute discussion au-delà du « ouah, t’es bonne, j’te kiffe, vire ta culotte » est une abominable perte de temps ; le cerveau de ces vagins télévisuels ambulants, directement relié au clitoris comme l’est celui du macho primaire à sa zigounette ( nous tous), sature dès la deuxième phrase ; la conjugaison d’un verbe devient une intolérable forme de snobisme, le compliment galant une équation mathématique indéchiffrable.

Donc, Mémé fantasme, Mémé salive

Mémé s’apprête à grimper aux rideaux, imaginant une chevauchée fantastique, la charge de la brigade légère, Autant en emporte le vent, et tout le toutim…
Pépé, lui, c’est plus compliqué ; après s’être isolé 1 heure dans les WC avec un vieux numéro de Lui, ou le catalogue de la Redoute, page lingerie, il doit encore se défaire de ce p*tain de vieux slip kangourou qui entrave sa marche vers la gloire, se débarrasser de cette saloperie de pantalon trop lâche, venir à bout des bretelles élastiques qui lui reviennent en pleine gueule chaque fois qu’il tire dessus, tout ça sans débander, et dans le noir , car Mémé a des pudeurs. Un exploit.

Quand enfin il arrive, au terme d’une délicate ascension, au sommet, sur Mémé, il doit encore s’interdire d’utiliser ses mains, sous peine de cruelle désillusion ; la poitrine triomphante de Mémé s’étant lentement affaissée, façon gant de toilette, sous le poids des ans.
Impossible de s’avachir sur madame, c’est d’un vulgaire…… ; alors il se maintient sur ses petits bras décharnés, faisant fi de l’arthrite qui le ronge.

62079566

Et que dire de la pauvreté de l’offre, dans les positions !!!

La levrette étant reconnue comme propice aux expulsions gazeuses accidentelles, la chevauchée par Mémé annonciatrice d’une rupture du col du fémur ; faut rester simple, faire dans le basique, copuler à la missionnaire…..
Honorer la donzelle ridée ne pose pas de problème, mis à part le temps de mise en route d’un appareil longtemps inutilisé. L’être humain a tout du diesel, selon les circonstances.
Encore faut-il éviter la crise subite d’Alzheimer, qui laisse le candidat les bras…et le reste, ballants, ne sachant plus le pourquoi de l’escalade ; Heureusement, une crise de Parkinson peut suppléer une mémoire défaillante.

Quand il atteint enfin l’extase, avec un UUURGHHH animal de bon aloi, signifiant à Mémé que « nondidiou d’bondiou, t’était bonne ! », ayant expulsé ses dernières forces, façon champignon sporulant au printemps, il lui faut encore négocier l’atterrissage en douceur, slalomant entre AVC et crise cardiaque. Du grand art !

Et il se trouve encore des peigne-culs bien pensants pour s’émouvoir de cet intolérable manquement aux bonnes mœurs ? ignorant la masse d’efforts cérébraux et physiques engagés pour cette ultime prise de plaisir à deux ?

Hardi, Pépé et Mémé !!! prenez du plaisir, coïtez tant que vous le pouvez !!!! et merde aux coincés du bulbe,.. et du cul. Vous êtes ce qu’ils seront ; ils sont ce que vous avez été.

Comments

comments

A propos de Marcel

Marcel
La soixantaine, ancien anarchiste reconverti dans le commerce après avoir fait 36 métiers. Petit, sec et teigneux. Avare de grands discours. La batte de base-ball lui tient lieu d' argument ultime.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*