Flashs Infos du RADE
Marcel et ses clients… Jérôme
Jeune boutonneux de 25 ans inscrit chez les ecolos, diplômé, chômeur. Il a perdu son pucelage à 21 ans avec une cagole qui lui a refilé ses morpions; depuis, il se méfie de la gent feminine.

Marcel et ses clients… Jérôme

Ah, Jérôme… si l’expression « tête-à-claque » devait avoir un physique, ce serait Jérôme.

Jérôme est issu d’une famille bourgeoise, père employé dans la haute fonction publique, bref, un feignant surpayé, et mère psychothérapeute, cette engeance improbable qui te transforme n’importe quel patient sain d’esprit en un dangereux névrosé qui veut se foutre en l’air en se jetant sous un train, le long d’une ligne désaffectée, ou en avalant d’un coup un tube d’aspirine 500mg, juste après avoir posté son intention sur Facebook, Twitter, appelé SOS amitiés, SOS médecins, SOS chiens errants…….et laissé son adresse au cas ou on voudrait le sauver.

Déjà , à 500 balles la demi-heure de bourrage de crâne, personne n’en sort indemne, de ces psychothérapies à la mords-moi-le nœud, mais Jérôme, 22 ans à subir ça, ben, il a viré écolo ; mais pas l’écolo de base, qui trie ses poubelles, hein ; lui, c’est l’écologie politique, avec ses stars de l’inutile, ses idoles de la connerie, ses figures emblématiques du placement politique et de l’enfumage des masses ; un matin, avec quelques milliers d’autres ras du bulbe, il est allé tracter pour des têtes d’affiches qui n’ont jamais vu une vache de leur vie et qui se croient dans un zoo chaque fois qu’ils voient un épisode de « l’Amour est dans l’Pré ». Des nuisibles accrochés aux subventions de la république comme des sangsues sur les mollets d’un diabétique.

Et c’est au cours d’un tractage pour Jean-Vincent Placé que Jérôme est arrivé chez Marcel .

Il entre, commande une menthe à l’eau, et commence à distribuer ses feuilles appelant à voter Jean-Vincent aux prochaines assises des « amoureux de la nature » ( j’aime cette expression qui évoque immédiatement le crétin qui va chier dans un bosquet et s’essuie avec des feuilles d’orties). Manque de bol, il est tombé sur Raymond, le docker analphabète ; quand il a vu la tronche du Jean-Vincent sur le tract, Raymond a commencé à s’énerver et à virer au rouge écarlate ; le jeune vert est passé au blanc, Marcel a sorti la batte de base-ball, Eugène a sorti son couteau papillon, j’ai commencé à faire le 115 .

Miracle, Marie-Thérèse , déboulant direct de la cabine téléphonique, a sauvé le merdeux en l’attrapant par le col et en le trainant dans sa caverne : « il est à moi, celui-là !! » ; du coup, tout le monde s’est calmé ; silence de mort dans le rade, et subitement, on entend le héros des plates-bandes hurler des pathétiques « laissez-moi, madame !!! Pas la braguette !! pas la braguette !!» ; évidemment, la bande de crevures accrochées au comptoir a fait comme si de rien et a continué la partie de poker jusqu’à ce que Jérôme ressorte, un brin émotionné. Marie-Thérèse a glissé un billet de 50 euros dans son corsage… pas la peine de nous faire un dessin.

La Marie-Thérèse l’avait dépucelé, mais elle l’avait aussi un peu dévalisé ; du coup, on l’a pris en amitié, le furoncle écolo ; c’est devenu la punching-mascotte du rade : tu rentres boire un verre, tu dis bonjour à la ronde et tu claques Jérôme ; il a l’air d’aimer ça ; les seules fois ou il couine vraiment, c’est quand Marcel, en soirée, fin bourré, s’acharne à le prendre pour un caoutchouc et l’enquille dans un vieux cache-pot qui sert de réserve à parapluies, à droite du comptoir ; et ça, c’est rien encore ; le pire, c’est quand Gégène, au 21ème pastis, veut pisser un coup sans aller aux WC ; il arrose la verdure, comme il dit : ça, Jérôme, il aime pas. Et bien sûr, Marcel jamais à cours d’un bon mot, s’esclaffe : « comme dirait mamère, c’est pas joly, joly, tout ça !!! «

Mon dieu, c’est mes potes, mais y’a des jours……….

Ça fait des mois qu’on le travaille ( au corps, si j’ose dire), le Jérôme pour qu’il organise une réunion politique chez Marcel, histoire de dépouiller un peu un paquet d’écolos et de les entendre pleurer leurs mères, mais il se méfie, le petit salopard, il tergiverse, il mégotte, il se défile ; va falloir que Raymond le cogne encore un peu pour activer le mouvement.

En tout cas, d’après Marcel :
« tout bon cafetier doit avoir un écolo dans ses clients ; si ça gagne pas, ça soulage, et ça décore. Et Jérôme, c’est le premier vert que je vois avec autant de bleus ».

Comments

comments

A propos de Pat'

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*