Flashs Infos du RADE
ATTENDRE NOTRE TOUR, OU REAGIR COLLECTIVEMENT ?

ATTENDRE NOTRE TOUR, OU REAGIR COLLECTIVEMENT ?

Mettez votre flemme de côté et lisez jusqu’au bout !

Aussi longtemps que les citoyens français continueront à couiner seuls dans leur coin, au comptoir ou sur les réseaux sociaux, les chantres du vivre, et surtout mourir ensemble, auront la voie libre pour fustiger les appels à la haine, pour prôner un rassemblement des bonnes volontés qui n’est plus depuis longtemps, pour reculer devant certaines décisions qui ne sont plus seulement indispensables, mais vitales pour notre société.

Quelques soient les cris d’orfraies que certains vont pousser, le constat est là : les problèmes actuels viennent d’une religion, et d’une seule : l’islam
Au nom du « pas d’amalgame », on nous refuse le droit de nommer nos assassins ; au nom de la tolérance, on nous refuse le droit élémentaire de défendre nos vies, notre société, nos coutumes, notre nation.

Ou nous prenons maintenant les décisions douloureuses, mais vitales, pour la survie de nos valeurs, ou ces assassinats vont se terminer dans un bain de sang généralisé, dont les innocents, musulmans ou chrétiens, seront les premières victimes.

Nos politiques reculent devant le constat réel de l’état de notre société ; que ce soit au niveau gouvernemental, ou au niveau du parlement ; seule une exigence massive de mesures, de la part de la population, pourra avoir une chance de forcer ces élus indignes à dresser un bilan honnête de la situation, et à prendre les mesures nécessaires.

Nous exigeons :

-le vote de lois répressives, limitées dans le temps, contre tous ceux qui volent, tuent, massacrent nos concitoyens. Et s’il faut pour ça réviser la constitution, nous exigeons que ce soit fait rapidement : chaque semaine de retard nous coûtera des vies.

– le renvoi immédiat et définitif de tous ceux qui , étrangers, prêchent la haine de l’occident et de ses valeurs sur notre sol.

-l’enfermement des djihadistes français, qu’ils aient ou non déjà frappé ; parce que , entre une entrave à l’état de droit, et la survie de nos concitoyens innocents, notre choix est fait.

-la fermeture immédiate et définitive des mosquées salafistes, et, en général, de tous les lieux de culte qui prêchent la haine ou le refus des règles de notre société.

– la publication des statistiques ethniques pour enfin voir clair dans notre politique d’immigration

-l’arrêt immédiat des accueils de nouveaux immigrants pendant quelques années, jusqu’à ce que nous nous soyons dotés d’une vraie politique d’intégration.

-l’arrêt immédiat de tous les dispositifs qui créent des appels d’air aux candidats à l’immigration : regroupement familial, naturalisations à la louche, droit du sol.

-l’application rigoureuse de lois déjà votées, mais jamais appliquées, faute de courage, concernant la délinquance, grande ou petite, et le port de signes religieux en publics

-la fin des remises de peine automatiques pour les personnes condamnées , en état de récidive.

– la remise en vigueur de la peine d’éloignement pour les délinquants étrangers ; condamnés- incarcérés- expulsés en fin de peine.

-le renvoi effectif des clandestins qui se maintiennent sur notre sol, et dont on se demande de quoi ils vivent.

– le remise en question immédiate de nos relations avec certains pays arabes ou arabophones qui soutiennent l’islamisme radical en sous-main.

-le reprise en main de nos frontières, en suspendant les accords de Schengen aussi longtemps que nécessaire.

Même prises ensemble, ces mesures n’arrêteront pas le massacre, mais elles tariront, jour après jour, les ressources humaines du terrorisme. Si nous reculons encore devant l’inévitable, nous sommes perdus ; nous nous ravalons au rang de bétail docile. Et certains quartiers, certaines villes, nous seront, de fait, interdites, dans notre propre pays ; c’est déjà le cas.

Si vous êtes conscients que hurler seul dans votre coin est stérile, si vous êtes d’accord avec ces demandes, alors PARTAGEZ-LES, MASSIVEMENT, ET DEMANDEZ A VOS AMIS DE LES PARTAGER A LEUR TOUR, MASSIVEMENT, car c’est, à nous, le petit peuple, notre seul moyen de nous faire entendre. Seule le partage massif de notre exaspération commune aura une chance de parvenir aux oreilles de nos élus et des médias ; rien d’autre.

Si vous êtes en désaccord avec ces mesures, ne partagez rien, restez et attendez l’inévitable, car aucun d’entre nous n’est plus à l’abri.

Je renouvelle mon affection à mes proches amis musulmans ; mais aucun d’entre eux n’est concerné, ou ne sera impacté par ces mesures, parce mes amis respectent notre nation, nos lois, nos coutumes, notre religion.

Comments

comments

A propos de Marcel

Marcel
La soixantaine, ancien anarchiste reconverti dans le commerce après avoir fait 36 métiers. Petit, sec et teigneux. Avare de grands discours. La batte de base-ball lui tient lieu d' argument ultime.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*